Knowledge Management
Knowledge Management
conseil en knowledge management Knowledge Management
Knowledge Management
Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management
Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management

Contacter Polia - Knowledge ManagementContacter Polia - Knowledge Management
Knowledge Management
Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management
- Pour recommander l'article Pourquoi Polia ?, indiquez simplement le nom et l'adresse email de vos destinataires.

- Indiquez aussi votre nom et votre e-mail pour que vos destinataires puissent savoir de qui provient ce message.

« Retour à l'article : Pourquoi Polia ?


De la part de : Votre email :
Leurs noms : Leurs emails :
Votre message (facultatif) :
Code de Vérification, recopier le numero de l'image (AntiSpam) :
  
Vous ne pouvez pas lire cette image, cliquez sur actualiser.

Le songe de Poliphile

L’incunable de la Renaissance "Le songe de Poliphile" retrace un pélerinage en rêve parmi des ruines antiques. Derrière une apparence anodine se cache un texte mystique et clandestin qui a eu une influence considérable sur les penseurs humanistes et les artistes italiens et français de la Renaissance :
Pic de la Mirandole, Alberti, De Vinci, Copernic, Galilée, François 1er.

Sous l’égide de Polia, la Sagesse, la Cognoissance, notre héros Poliphile (l’amoureux de POLIA, la sagesse) découvre l’acte divin créateur de la vie. On comprend que vingt siècles plus tard, en 1467, en cette période sombre d’inquisition de l’église romaine, le mot Polia fut utilisé pour nommer l’héroïne d’un livre humaniste "Hypnerotomachia Poliphilii"

Un livre clandestin
Le texte est rédigé en latin dans un premier temps, puis pour éviter sa perte (censure romaine) transcrit dans une langue mélangeant des expressions latines, grecques, hébraïques, arabes et vénitiennes.
Ce « sauvetage » est attribué à Francesco Colonna, prince de Palestrina. C’est ainsi que l’ouvrage est attribué à F. Colonna, faussement peut être (on pense à Leon Baptista Alberti, l’architecte et humaniste).
Beaucoup d’images à clef de l’incunable illustreront les théories des papes humanistes romains : Nicolas V, fondateur de la bibliothèque du Vatican, Pie II, son successeur (le texte de Poliphile s’arrête en 1467, 3 ans après la mort de Pie II, un an avant le procès aux intellectuels).

Par exemple le fameux festina lente (hâtes-toi lentement) est représenté dans Poliphile par l’emblème d’un dauphin (rapidité de l’intuition platonicienne qui aide l’esprit à découvrir les mystères) et de l’ancre (stabilité de la réflexion Aristotélicienne).



Haut de page Polia - Knowledge Management Haut de page Polia - Knowledge Management

Référencement