Knowledge Management
Knowledge Management
conseil en knowledge management Knowledge Management
Knowledge Management
Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management
Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management

Contacter Polia - Knowledge ManagementContacter Polia - Knowledge Management
Knowledge Management
Knowledge Management Knowledge Management Knowledge Management

L’Analyse des Réseaux Sociaux




Si nous admettons que l’individu agit fortement sur son groupe social et que le groupe crée une contrainte qui pèse en retour sur les choix, les orientations, les comportements, les opinions des individus, alors il devient important de mieux analyser ces réseaux humains : leur structure, leurs normes, et la position de chaque individu.

C’est l’objectif d’une science relativement récente : l’Analyse des Réseaux Sociaux (ARS ou SNA pour Social Network Analysis en anglais).

 

Pour l’introduire, prenons un exemple simple :


Dans le schéma ci-dessus, 11 personnes ont été positionnées ; une flèche relie deux acteurs à chaque fois qu’ils ont déclaré se connaître (ou travailler ensemble).

A première vue, on pourrait penser que Cécile, qui est celle qui connaît le plus de monde (6 liens) est la plus influente. C’est faux, car toutes les personnes que Cécile connaît ont également des relations en dehors d’elle : on peut se passer de Cécile ! En réalité c’est Paul l’acteur le plus influent (et Pierre dans une moindre mesure) : il ne connaît que 4 personnes mais est le seul à relier deux îlots d’influence.

Avec cet exemple, l’ARS paraît simple, mais imaginez maintenant que vous cartographiez un réseau de plusieurs dizaines d’acteurs, en superposant des cartes avec des « liens déclarés » de différente nature : production, finances, connaissance, R&D...

Ce type d’analyse permet de visualiser les interactions au sein de tous types de communautés, professionnelles ou pas : réseaux de chercheurs, districts industriels ou pôles productifs, communautés de pratiques, réseau de santé, … et peut dévoiler :

- un leadership implicite du groupe, des « leaders d’opinion »,

- des affinités/inimitiés entre personnes, les flux les plus actifs,

- une fragmentation en « îlots » ou des « trous de connaissance »,

- des communautés informelles, réseaux d’influence,

- des vulnérabilités dues au fait qu’une personne unique est en position de bloquer tout un réseau, etc…

Exemple
La figure ci-dessous est une application de l’Analyse des Réseaux Sociaux qui montre comment les Médicis ont bâti leur domination sur les autres familles florentines au 16e siècle.

Le parti des Médicis est un réseau très simple et centralisé en étoile autour d’eux. La conséquence est que leurs alliés sont peu connectés les uns aux autres et doivent passer par l’intermédiaire des Médicis.

L’étude de la localisation géographique des alliés des Médicis et de la nature des liens fait ressortir que ceux-ci : 
- font des affaires avec leurs voisins, car la proximité leur permet de continuer à les contrôler (figure de gauche).
- marient leurs enfants à des familles lointaines, car le lien familial permet de conserver un contrôle sur le long-terme (figure de droite)

 

Pour en savoir plus sur la mise en oeuvre d’une Analyse de Réseaux Sociaux dans une organisation, nous contacter





Haut de page Polia - Knowledge Management Haut de page Polia - Knowledge Management

Référencement